Paroisses catholiques du secteur pastoral de l'Yvette

Une célébration du Pardon dans la joie

Vendredi 10 décembre, nous étions une cinquantaine de paroissiens du secteur à avoir choisi de mettre notre vie sous le regard aimant du Père, dans ce temps d’attente avant la venue de Celui qui s’est fait notre frère le plus humble...
 
Nous avons pu relire le chemin parcouru pour reconnaître nos fragilités et nos obstacles à la fraternité, en nous aidant de la Parole du jour tirée du livre d’Isaïe, de chants inspirés des écrits de Saint François d’Assise et de pistes s’appuyant sur la prière pour la Paix.
 
Seigneur, fais de moi un instrument de ta paix.
Là où est la haine, que je mette l’amour.
Là où est l’offense, que je mette le pardon.
Là où est la discorde, que je mette l’union.
Là où est l’erreur, que je mette la vérité.
Là où est le doute, que je mette la foi.
Là où est le désespoir, que je mette l’espérance.
Là où sont les ténèbres, que je mette la lumière.
Là où est la tristesse, que je mette la joie.
 
Ensuite, plusieurs démarches personnelles étaient proposées : confession individuelle auprès d’un prêtre, temps de prière, lettre à Dieu ou à une personne pour demander pardon. Ce temps était soutenu par une alternance de refrains méditatifs et de musique douce.
 
A l’issue de ce temps personnel, chacun a pu déposer devant la crèche un symbole de notre démarche de conversion :
- un lumignon, signe de notre alliance avec Dieu
- un personnage, signe de notre réconciliation avec une sœur ou un frère
- une rose, signe de notre regard renouvelé sur la Création
 
 
La crèche rayonnait alors de nouvelles étincelles !
 
 
Nous nous sommes rassemblés devant cette belle crèche habillée de nos vies, heureux et renouvelés par cette démarche, pour dire ensemble la suite de la prière de Saint François :
 
Fais, Seigneur,
que je ne cherche pas tant
à être consolé qu'à consoler,
à être compris qu'à comprendre,
à être aimé qu'à aimer.
Car c'est en donnant qu'on reçoit ;
c'est en s'oubliant qu'on se trouve ;
c'est en pardonnant qu'on est pardonné ;
c'est en mourant qu'on ressuscite à l'éternelle vie.
 
Nous avons conclu la célébration par une action de grâce commune, dans la joie, en priant « Notre Père » et en chantant la « salutation à la Vierge Marie ».