Paroisses catholiques du secteur pastoral de l'Yvette

Bienvenue !

Temps de prière familial pour le dimanche 8 novembre

Alors que nous sommes à nouveau confinés, nous vous proposons pour ce 32ème dimanche du Temps Ordinaire de nous unir pour un temps de prière dans la communion du Christ, chez nous, en famille, ou à défaut seul(e).
Nous pouvons nous y préparer en installant le lieu de la prière, en imprimant cette feuille, et en recherchant les liens des chants pour pouvoir les écouter facilement ...
 
Dans notre coin prière, pour illustrer les textes de ce dimanche, mettons en valeur la lumière, pour accueillir le Seigneur qui vient, par plusieurs lumignons ou bougies. Nous pouvons mettre au centre un petit pot d’huile, qui entretient la flamme des lampes et qui est aussi le symbole de l’Esprit qui nous donne la Sagesse.
 
 
Signe de croix
 
En union avec les membres de la paroisse que nous ne pouvons plus voir depuis une semaine, notre évêque, et tous les chrétiens, nous faisons lentement le signe de croix.
 
 
Chant d’ouverture à la prière  : Habiter le seuil de ta maison
 
 
Habiter le seuil de ta maison, Seigneur, 
Guetter le temps de ton retour, 
Comme un veilleur guette le jour, 
Rester dans l'amour de ton nom.
 
1. Veiller pour être prêt le jour où tu viendras, 
Préparer ton retour. 
Viens, Seigneur, le monde a tant besoin de toi.
 
2. Veiller en espérant que se lève le jour, 
Annoncer ton retour. 
Viens, Seigneur, le monde a tant besoin de toi.
 
3. Veiller pour accueillir la promesse donnée, 
Témoigner de ce jour. 
Viens, Seigneur, le monde a tant besoin de toi.
 
4. Veiller pour accomplir les œuvres de l'amour, 
Connaître ton retour. 
Viens, Seigneur, le monde a tant besoin de toi.
 
 
Temps de silence
 
Seigneur, me voici. Je viens simplement avec ce qui m’habite, mes préoccupations, mes peines, mes joies et les personnes qui sont dans mon cœur. Je te confie mon désir pour ce temps de prière. Tu viens à ma rencontre comme l’époux de l’Évangile. Ouvre mon cœur à ta Présence, ouvre mes oreilles à ta Parole …
 
 
Introduction aux lectures
 
En ces derniers dimanches de l’année liturgique, la Parole de Dieu nous appelle à être attentifs aux signes de la venue du Seigneur. En décrivant la Sagesse, le prophète nous invite dans la 1re lecture à chercher le « visage souriant » de Dieu. Nous pouvons rejoindre le psalmiste, chercheur de Dieu, qui désire trouver Dieu et qui a sa joie en Dieu. 
C’est aujourd’hui que le Seigneur vient à notre rencontre, au cœur des multiples sollicitations et des combats de notre monde. Tenons-nous prêts à l’accueillir, et à éclairer sa venue par nos lampes.
 
 
Lecture du livre de la Sagesse 6, 12-16
 
La Sagesse est resplendissante, elle ne se flétrit pas. Elle se laisse aisément contempler par ceux qui l’aiment, elle se laisse trouver par ceux qui la cherchent. Elle devance leurs désirs en se faisant connaître la première. Celui qui la cherche dès l’aurore ne se fatiguera pas : il la trouvera assise à sa porte. Penser à elle est la perfection du discernement, et celui qui veille à cause d’elle sera bientôt délivré du souci. Elle va et vient à la recherche de ceux qui sont dignes d’elle ; au détour des sentiers, elle leur apparaît avec un visage souriant ; dans chacune de leurs pensées, elle vient à leur rencontre.
 
 
Psaume 62
 
 
Mon âme a soif de toi, Seigneur, mon Dieu
 
1. Dieu, tu es mon Dieu,
je te cherche dès l’aube :
mon âme a soif de toi ;
après toi languit ma chair,
terre aride, altérée, sans eau.
 
2. Je t’ai contemplé au sanctuaire,
j’ai vu ta force et ta gloire.
Ton amour vaut mieux que la vie :
tu seras la louange de mes lèvres !
 
3. Toute ma vie je vais te bénir,
lever les mains en invoquant ton nom.
Comme par un festin je serai rassasié ;
la joie sur les lèvres, je dirai ta louange.
 
4. Dans la nuit, je me souviens de toi
et je reste des heures à te parler.
Oui, tu es venu à mon secours :
je crie de joie à l’ombre de tes ailes.
 
 
Evangile selon Saint Matthieu 25, 1-13
 
Une personne lit le texte de l’évangile. Nous laissons des mots, des phrases résonner en nous.
 
En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples cette parabole : 
« Le royaume des Cieux sera comparable à dix jeunes filles invitées à des noces, qui prirent leur lampe pour sortir à la rencontre de l’époux. Cinq d’entre elles étaient insouciantes, et cinq étaient prévoyantes : les insouciantes avaient pris leur lampe sans emporter d’huile, tandis que les prévoyantes avaient pris, avec leurs lampes, des flacons d’huile. 
Comme l’époux tardait, elles s’assoupirent toutes et s’endormirent. Au milieu de la nuit, il y eut un cri : “Voici l’époux! Sortez à sa rencontre.” Alors toutes ces jeunes filles se réveillèrent et se mirent à préparer leur lampe. 
Les insouciantes demandèrent aux prévoyantes : “Donnez-nous de votre huile, car nos lampes s’éteignent.” Les prévoyantes leur répondirent : “Jamais cela ne suffira pour nous et pour vous, allez plutôt chez les marchands vous en acheter.” 
Pendant qu’elles allaient en acheter, l’époux arriva. Celles qui étaient prêtes entrèrent avec lui dans la salle des noces, et la porte fut fermée. Plus tard, les autres jeunes filles arrivèrent à leur tour et dirent : “Seigneur, Seigneur, ouvre-nous!” Il leur répondit : “Amen, je vous le dis : je ne vous connais pas.” Veillez donc, car vous ne savez ni le jour ni l’heure. »
 
Méditation proposée par le Père Guy 
 
Nous écoutons la méditation :
 
 
 
Pendant un temps de silence, je me laisse interpeller : à quoi cela m’appelle-t-il  dans ma vie concrète d’aujourd’hui ?
 
Chant : Tiens ma lampe allumée
 
 
Tiens ma lampe allumée, la flamme est si fragile,
Ce soir je viens mendier ton pain, ton eau, ton huile.
Tiens ma lampe allumée jusqu'à ton domicile,
Toi seul peux me guider.
 
1. Allume dans mon cœur quelque chose de vrai,
Quelque chose de Toi, que rien ne puisse éteindre,
Ni l'échec, ni la peur, ni le poids des années
Et que puisse mon pas chercher à te rejoindre. 
 
2. Allume dans mes yeux quelque chose de pur,
Quelque chose de Toi que rien ne puisse éteindre,
Ni le poids du présent, ni l'avenir peu sûr,
Et que dans mon regard ta clarté vienne poindre.
 
3. Allume dans mes mains quelque chose de doux,
Quelque chose de Toi que rien ne puisse éteindre
De petit, de discret, de brûlant, d'un peu fou,
Et que puissent mes bras savoir encore étreindre. 
 
 
Intentions de prière
 
Nous ouvrons notre prière à la dimension du monde et de l’Eglise universelle. 
 
  • Les évêques de France se sont réunis en assemblée plénière cette semaine. Seigneur, donne leur ton Esprit de Sagesse pour qu’ils trouvent  les clés face au terrorisme, aux suspensions des célébrations, et aux difficultés internes.  Seigneur, nous te prions.
  • Avec le reconfinement, de nombreuses personnes se retrouvent isolées, ou fragilisées économiquement. Seigneur, inspire leur entourage à inventer de nouvelles formes de solidarité et de partage pour que leur flamme reste bien vivante.  Seigneur, nous te prions. 
Nous pouvons maintenant chacun partager nos intentions personnelles ou familiales.
 
 
Notre Père
 
Nous disons cette prière ou la chantons en communion avec toute l’Eglise en prière, et plus particulièrement tous les membres de la communauté paroissiale que nous ne pouvons pas voir en ce temps de confinement.
 
 
Temps de silence
 
Avant de conclure, je peux dialoguer avec Dieu et lui confier mon chemin pour la semaine, à la lumière de ce que je viens de recevoir.
 
Je vous salue Marie
 
Nous terminons cette prière en nous tournant avec confiance vers Marie pour qu’elle porte nos prières. 
Nous disons ou chantons « Je vous salue Marie »  : lien vers le chant
 
Nous concluons par le signe de croix.