Paroisses catholiques du secteur pastoral de l'Yvette

Bienvenue !

Accompagnement des catéchumènes : émerveillement et joie

Les catéchumènes sont des adultes qui font une demande de sacrement : le baptême, l’eucharistie, la confirmation. Leur accompagnement se fait en secteur. Depuis le mois de septembre, je suis au service de ce groupe en tant que déléguée pour faire le lien entre tous : les catéchumènes, les accompagnateurs, les paroisses (prêtres et laïcs), le diocèse, l’évêque…
 
 
 
Qui sont les catéchumènes ?
 
Une trentaine d’adultes sont en chemin vers le baptême, et/ ou vers la confirmation et l’eucharistie.
Ils ont entre 18 ans et 74 ans. La moyenne d’âge du groupe se situe vers 30 ans. 11 hommes et 18 femmes. Ils sont originaires de 7 pays différents. Plusieurs doctorants mais aussi des personnes qui n’ont pas  fait d’étude, ils sont cadres, soignants, chercheurs,  chômeurs, étudiants, retraités, cuisiniers, professeurs, commerciaux…
 
Avec des parcours de vie extrêmement divers. 
 
Certains ont grandi  dans des familles chrétiennes, mais n’ont pas été baptisés enfant et font cette démarche librement en entrant dans la vie adulte. 
Certains n’ont strictement rien reçu dans leur jeunesse et ressentent un désir, une soif de découvrir l’Amour de dieu. Soit parce qu’ils ont rencontré des chrétiens qui leur ont parlé de Dieu, soit parce qu’ils  ont assisté à un baptême ou un sacrement, soit après le décès d’un proche. 
 
Soit dans un moment difficile, ils se remémorent des messes auxquelles ils ont pu assister enfant à l’école ou avec des grand parents. 
Soit leur vie est devenue très compliquée et ils ressentent un besoin de trouver la paix dans la prière, de trouver des repères.
 
Au contraire, plusieurs  considèrent leur vie comme un beau cadeau dont ils ont envie de connaitre le donateur pour le remercier.
Après une guérison ressentie comme miraculeuse, l’un a  souhaité se rapprocher de Celui qui l’a guéri.
 
Dans un moment de détresse, l’une a ressenti une grande force d’amour en elle, identifiée par une amie musulmane comme présence de Dieu d’où une demande de baptême.
Quelques uns déjà très investis dans la vie des paroisses, n’ont pas été confirmés quand ils étaient jeunes, ils font cette démarche à l’âge adulte.
 
Certains viennent d’autres religions, quelques uns ont cherché une relation à Dieu dans d’autres confessions chrétiennes voire dans des sectes.
L’un a pris un livre spirituel dans une boite à livres et a été touché par la vie d’un Saint, une autre a mesuré à l’occasion de l’incendie de Notre Dame que la foi était un trésor qu’elle avait enfoui en elle et elle a  ressenti le désir de le faire revivre.
 
Pour plusieurs c’est plus une demande d’informations, de découverte de l’intérieure, la  demande de sacrement viendra après…ou pas !
 
Tous ressentent un désir de spiritualité, une soif d’idéal, une grande envie de pouvoir prier, de pouvoir s’adresser à Dieu, de rencontrer d’autres croyants pour partager ces expériences d’un au-delà, d’un Amour qui nous dépasse.
 
 
Comment répondons-nous à leur demande ?
 
L’équipe des accompagnateurs, nous sommes là pour les accompagner… Nous ne sommes pas des professeurs, ni des psys, ni des guides spirituels, ni des gourous, ni des théologiens. Nous sommes plutôt des frères ou sœurs ainés dans la foi.
Nous accompagnons chacun dans sa démarche propre, en respectant la sensibilité de chacun. Nous sommes deux accompagnateurs pour un accompagné. 
 
Nous proposons aussi des rencontres pour partager entre catéchumènes. 
Ceux-ci sont amenés à découvrir la Parole de Dieu, la prière (cœur à cœur avec Jésus), les échanges avec les frères (on n’est pas chrétien tout seul) la vie des sacrements, l’ajustement progressif de leur vie avec l’évangile.
 
Après deux ans et parfois plus, les catéchumènes écrivent une lettre à l’évêque et demandent à recevoir les sacrements de l’initiation chrétienne : le baptême, l’eucharistie et la confirmation.
 
La célébration de ces sacrements sont de très belles fêtes ! Si le rituel est le même, chaque sacrement est unique, chaque célébration est unique. Chacun est accueilli tel qu’il est. L’histoire de chacun est unique et irremplaçable. C’est le début d’un chemin d’éternité…
 
 
En tant qu’accompagnatrice, qu’ai-je découvert ?
 
D’abord un émerveillement : L’Esprit Saint souffle, il appelle. Il rejoint de manière individuelle ceux qui sont réceptifs. Accompagnateurs, nous sommes amenés à écouter, à percevoir le travail de l’Esprit dans le cœur de chacune des personnes que nous accompagnons. Il n’y a pas une méthode qui marche et une méthode qui ne serait pas bonne… Il n’est pas du tout question de traditionnaliste ou progressiste, chacun est touché par des choses différentes. 
 
J’aime aussi « travailler » en Eglise, avec les prêtres du secteur, avec les laïcs pour la préparation des célébrations et l’accueil en paroisse, avec le diocèse (l’équipe diocésaine du catéchuménat est d’une grande aide pour toutes les questions et pour la formation). Et surtout avec l’équipe des 15 accompagnateurs qui donnent beaucoup, chacun selon ses disponibilités.
 
Ensuite une grande joie d’entendre les accompagnés nous dire qu’ils trouvent la paix suite à des pardons, grâce à des temps de pose dans la prière, de les entendre témoigner qu’ils se sentent libérés par la rencontre avec Jésus Christ qui n’est qu’amour et miséricorde, qui ne punit pas, de voir qu’ils ont retrouvé la joie, qu’ils ont trouvé un sens à leur vie, une confiance, une espérance. Quand on a échangé en vérité pendant des heures avec quelqu’un et qu’on le voit se transformer sous l’action de l’Esprit Saint, c’est très beau. 
 
En fin, je suis aussi sensible à la liberté pour moi accompagnatrice, il n’y a pas d’exigence de rentabilité… Chaque échange en vérité, chaque temps de prière partagé est un présent que je savoure. 
Les accompagnements se font vraiment dans la liberté, certains interrompent, ce n’était pas le moment. Ce qui a été échangé, semé restera et germera peut-être un jour.  
 
Toute personne qui se sentirait attirée par cette démarche peut en faire la demande aux secrétariats paroissiaux qui transmettront la demande.
 
Christine Magne